Saltar para: Posts [1], Pesquisa [2]

Práxis

Os filósofos limitaram-se sempre a interpretar o mundo de diversas maneiras; porém, o que importa é modificá-lo.

Práxis

Os filósofos limitaram-se sempre a interpretar o mundo de diversas maneiras; porém, o que importa é modificá-lo.

La barbarie israélienne

16.10.23

From the Cape to Cairo (1902).jpeg

LE DISCOURS DE « CIVILISATION X BARBARITÉ » DANS LA DÉFENSE DE L’ÉTAT GÉNOCIDE D’ISRAËL

Je suis fasciné par les « signes » et les « significations », dans les textes écrits ou en images. Et j’ai déjà exprimé mon indignation face à la manière dont les « grands médias » (brésiliens et étrangers) se sont concentrés sur l’utilisation des mots « terroristes », associés aux Palestiniens, et « personnes ou victimes » associés aux Israéliens.

Avant-hier, dans un journal télévisé brésilien, mon attention a été attirée sur l’insistance de l'utilisation du terme « barbarie » lorsqu’on parle de la résistance palestinienne. Et puis je me suis souvenu de cette image : « Du Cap au Caire » (ci-dessus), publiée en 1902, moment donc l'impérialisme avançait à grands pas et avec ses bottes de plomb sur l'Afrique et d'autres parties du monde, justifiant ses crimes par des idéologies telles que « l'eugénisme ». (supériorité raciale).

Dans ce document, la « civilisation », représentée par Brittania (personnification de la Grande-Bretagne), prend déjà un air de supériorité en étant au premier plan, conçue avec une « beauté », des contours définis, une apparence et des caractéristiques qui indiquent « l'individualité ». Ils sont humains. Les Africains, sous le drapeau de la « barbarie », forment une « horde » ; Ce sont des êtres déformés, déshumanisés / animalisés, incapables de montrer leur individualité. Ce sont un projet mal fini de gens.

Aujourd'hui, c'est la même chose. Israël fait la une des journaux et des reportages, avec une multitude de détails. Sa population est composée d'individus qui ont des noms, des histoires, des parents et des amis. Les Palestiniens, en revanche, ne sont qu’un simple « arrière-plan », représenté de manière déformée et grossière. Ce sont « les autres ». « Animaux », littéralement, pour le ministre sioniste de la Défense. Des éléments, volontaires ou non, d'une masse de « terroristes », déformés par ce qu'ils sont et l'environnement dans lequel ils vivent.

Et cela s’applique aussi bien aux médias qu’aux puissances impérialistes et à leurs gouvernements paillassons dans le monde entier, y compris ceux du Brésil, de la France, des États-Unis et du Portugal. Et ne me parlez pas de « récits », comme aiment les postmodernistes et les réformistes. C’est une expression de la lutte des classes dans un capitalisme qui a toujours été raciste.

Mais c’est en réalité ce système qui favorise la barbarie. En Palestine, il y a longtemps. Dans le reste du monde, de plus en plus, avec la destruction de l’environnement, l’exploitation illimitée et la cruauté de l’oppression. Ce sont des barbares, pas ceux qui luttent pour la dignité et la liberté. D'où la nécessité de « peindre » un nouveau monde, rappelant Rosa Luxemburg : « Socialisme ou barbarie ».

---------------------------------------------

Lisez aussi: